Tag Archives: vatican

Tareq Oubrou : “Les musulmans doivent sortir massivement dans la rue”

Article publié initialement le 8 janvier, au lendemain des attentats à Charlie Hebdo, dans La Vie.

Au Vatican, quatre imams venus prier pour la paix avec le pape condamnent fermement l’attentat survenu mercredi 7 janvier au siège de Charlie Hebdo, à Paris, qui a fait 12 morts.

Si on ne connaît pas encore officiellement les revendications des deux meurtriers qui ont fait irruption dans les locaux de Charlie Hebdo, on sait déjà qu’ils auraient crié « Nous avons vengé le Prophète » et « Allah Akbar ». Depuis la publication en Une de caricatures du prophète Mahomet en novembre 2011, le journal était régulièrement menacé par des fondamentalistes musulmans.

A peu près au même moment, au Vatican, quatre grands représentants de l’islam en France priaient avec le pape François « pour la paix et la fraternité dans le monde ». Ainsi, Mohammed Moussaoui, président honoraire du Conseil français du culte musulman et président de l’Union des Mosquée de France, M. Djelloul Seddiki, directeur de l’Institut Al Ghazali de la Grande Mosquée de Paris, Tareq Oubrou, recteur de la grande Mosquée de Bordeaux, et enfin M. Azzedine Gaci, recteur de la Mosquée Othman à Villeurbanne, ont appris la nouvelle en sortant de leur rencontre avec le pape. Ils étaient venus promouvoir le dialogue islamo-chrétien avec Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry Corbeil Essonne, et le père Christophe Roucou, directeur du Service national pour les relations avec l’islam.

« Les musulmans doivent sortir massivement dans les rues »

Le soir, devant une poignée de journalistes, ils ont unanimement fait part de leur douleur et fermement condamné les attentats.

C’est Tareq Oubrou qui a eu les mots les plus forts : « Au départ, je pensais que les musulmans n’avaient pas à se prononcer en tant que musulmans, car ils sont des citoyens avant tout, a-t-il confié. Mais avec ce carnage, on est passés dans une entrée en guerre. J’ai changé ma perception des choses. Les musulmans et la société, mais les musulmans en premier doivent manifester leur colère face à cette succession de violence. Il faut vaincre ce complexe des musulmans qui disent “je n’ai pas à me justifier”. La paix civile est menacée. Les musulmans de France doivent sortir massivement dans les rues pour exprimer leur dégoût face à ce crime. »

« Je reçois cela comme une double violence, a affirmé sans détour Djelloul Seddiki. Comme Français, et comme musulman. Je ne sais pas qui a commis ce crime. Mais c’est encore la communauté musulmane qui va être montrée du doigt et cela me fait très, très mal. J’appelle les responsables politiques à tous manifester ensemble. Il faut aller vers l’autre. »

« Ce qui s’est passé à Paris nous a renforcé dans la nécessité de dialoguer, a renchéri Mohammed Moussaoui. Ceux qui dialoguent depuis longtemps peuvent avoir du recul. Pour les autres, il va y avoir la peur du musulman. Ces terroristes instrumentalisent l’islam. »

« L’Enseignement public ne peut plus passer à côté de la dimension religieuse »

Mgr Michel Dubost, Président du Conseil pour les relations interreligieuses de la Conférence des évêques de France, qui accompagnait les imams dans leur voyage à Rome, a estimé pour sa part que l’attentat de Charlie Hebdo allait « changer la perception de la laïcité en France ». Et l’évêque d’asséner : « Aujourd’hui, le problème c’est que la laïcité repose sur une ignorance crasse qui engendre des extrêmes. L’Education nationale doit prendre en compte la religion, tout comme l’athéisme ou l’agnosticisme de l’autre. »

« L’enseignement publique ne peut plus passer à côté de la dimension religieuse, confirme le père Christophe Roucou. On assiste à un autisme des politiques aujourd’hui, alors que c’est une dimension importante de nos concitoyens. » M. Azzedine Gaci, recteur de la Mosquée Othman à Villeurbanne, a souligné que chaque mosquée comprend une école d’éducation islamique. « Dans notre mosquée, on conseille aux enseignants de faire une visite dans l’année au moins au sein d’une église ou d’une synagogue. » Mais cela ne suffit pas, confie-t-il : les fondamentalistes, délaissent ces mosquées « bisounours » pour aller s’éduquer sur Internet. Un travail de prévention est donc plus que jamais nécessaire, en amont.

Advertisements

Religion : le Vatican et la famille, sacré débat !

Article initialement publié dans Le Parisien Magazine.

Plus de 180 cardinaux et évêques étaient réunis au Vatican, du 5 au 19 octobre, pour réfléchir aux questions familiales. A la demande du pape François, des sujets tabous pour le Vatican ont été abordés librement au début de ce synode (assemblée) : accès à la communion pour les divorcés remariés, attitudes vis-à-vis de l’homosexualité, de la contraception… Il y a urgence. Face à la perte de fidèles et au bouleversement des modèles familiaux, comment l’Eglise peut-elle apporter un message fédérateur ? Jusqu’où peut-elle aller ? Partisan du changement tout en restant garant de la doctrine, le pape a adopté la stratégie de l’ouverture mesurée et progressive. Après un pas en avant – le rapport d’étape du synode, reflet des discussions dont nous rendons compte ci-contre, prônait l’ouverture aux homosexuels et aux divorcés remariés –, un recul s’est opéré dans le rapport final. Mais François prépare surtout le terrain pour le deuxième synode sur la famille, dans un an.

13 octobre : un rapport tranchant

Après une semaine de débats, une première synthèse des travaux est publiée. L’Eglise y affiche des positions inédites : elle envisage d’autoriser la communion pour certains divorcés remariés, reconnaît des « éléments positifs » dans les unions homosexuelles et les concubinages. Mais le rapport a été rédigé par la secrétairerie générale du synode, notamment par les Italiens Lorenzo Baldisseri, proche du pape François, et Bruno Forte, connu pour ses positions réformistes.

14 octobre : la riposte des conservateurs

Plusieurs cardinaux dénoncent un rapport d’étape trop complaisant. Alors que de nombreux médias parlent d’une révolution pour l’Eglise, certains pères synodaux considèrent la publication de ce rapport comme un « manque de prudence », et en appellent « à la conscience du pape ». Ce texte « donne l’impression que l’Eglise se soumet aux lobbies et au “politiquement correct” », accusent-ils. Le bureau de presse du Saint-Siège est obligé d’intervenir pour rappeler qu’il ne s’agit que d’un document de travail.

15 octobre : un cardinal allemand s’énerve

« Indigne, honteuse et complètement erronée »… C’est avec ces mots que le cardinal allemand Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, dicastère – l’équivalent des ministères dans le gouvernement de l’Eglise – majeur du Vatican, aurait défini la synthèse des débats, selon le quotidien italien La Repubblica. Le lendemain, le Saint-Siège apporte un démenti.

16-17 octobre : les progressistes tiennent tête

Des amendements proposés au rapport d’étape remettent en question l’ouverture aux couples homosexuels et aux concubins. De son côté, le cardinal allemand progressiste Reinhard Marx déclare qu’« il est inconcevable d’affirmer : “puisque vous êtes homosexuels, vous ne pouvez pas vivre l’Evangile”. »

18 octobre : le pape critiqué

Le cardinal américain Burke dénonce l’absence de prise de « position » du pape pendant le synode. Interrogé par notre magazine, Giovanni Maria Vian, directeur de L’Osservatore Romano, journal officiel du Vatican, tempère : « Je ne crois pas que François soit le pape progressiste dont les médias font la caricature. Il est inquiet de sa mission. Si l’Eglise reste fermée sur elle-même, elle n’est plus cohérente. »

A 20 heures, le rapport final est voté : trois paragraphes, concernant les divorcés remariés et les homosexuels, n’obtiennent pas la majorité des deux tiers nécessaire. Le pape choisit cependant de les publier afin de prolonger le débat. On constate qu’ils ont été édulcorés par rapport aux premières versions. Ainsi les homosexuels, « accueillis avec respect et délicatesse », ne doivent subir aucune « discrimination injuste ». Initialement, le Vatican reconnaissait « des cas où les personnes de même sexe s’apportent un soutien réciproque jusqu’au sacrifice, ce qui constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires ». Une façon de reconnaître que de bonnes choses peuvent résulter d’une union homosexuelle. Dans son discours de clôture, le pape demande à l’Eglise d’« accueillir ceux qui demandent pardon et pas seulement les justes ou ceux qui croient être parfaits », faisant allusion aux répercussions médiatiques suscitées par les débats.

19 octobre : reprise des hostilités dans un an

Dans la messe qui conclut le synode, le pape François invite à ne pas avoir peur de la nouveauté et des « surprises de Dieu ». En ayant invité pour la première fois des couples à témoigner pour ce synode, le pape a déjà amorcé une douce révolution au sein de l’Eglise, avant de prolonger le débat lors du deuxième synode sur la famille en octobre 2015. Il aura le dernier mot, dans sa « lettre d’exhortation apostolique », qu’il publiera d’ici à… 2016. De quoi laisser le temps aux plus réticents de mûrir l’idée d’un changement.

« Le chantier reste ouvert »

Andrea Tornielli, vaticaniste pour La Stampa

« C’est très exagéré de parler d’échec pour le pape François à la fin de ce synode. Si les paragraphes sur l’homosexualité et les divorcés remariés n’ont pas obtenu la majorité des deux tiers requise lors du vote, ils ont eu une majorité significative. Le pape a d’ailleurs décidé de les publier quand même. Ces questions restent donc ouvertes.

Certains médias italiens ont évoqué un “complot” : le rapport d’étape aurait été volontairement “révolutionnaire”, puis le rapport final plus édulcoré pour “faire passer” des propositions progressistes. Mais le premier document était seulement une synthèse de travail, qui attendait des corrections. Il n’y a eu aucun complot, seulement une dynamique qui n’avait jamaisété aussi libre. L’Eglise est en chemin : on peut faire deux pas en avant et un en arrière. C’est un chantier ouvert. »