Tag Archives: Rome

La mafia racontée en bande dessinée

Au cœur de Rome, le Museo di Roma in Trastevere consacre une exposition, jusqu’au 8 novembre, à la mafia racontée en Bande dessinée. Le parcours propose plusieurs planches de BD, en noir et blanc et en couleurs, de divers scénaristes et dessinateurs d’hier et d’aujourd’hui.

Certains évoquent les guerres de clan de la ‘Ndrangheta, mafia calabraise, d’autres, les règlements de compte sanglants de la Camorra, mafia napolitaine, d’autres encore s’intéressent aux collusions avec les hommes politiques… et même des hauts prélats du Vatican ! Si elle manque peut-être d’explications de fond sur l’histoire et le contexte socio-culturel de ces différentes familles de crime organisé, l’exposition vaut le détour, ne serait-ce que pour la qualité des coups de crayon  et l’humour grinçant.

photo 3

photo (3)
Paolo Borsellino, l’agenda Rossa de Giacomo Bendotti (ed. Becco Giallo)

Sur ces planches (voir ci-dessous), on reconnaît facilement le Vésuve et les fameuses « velle », immeubles en forme de voile du quartier périphérique de Scampia, à Naples, où la Camorra utilise sa « petite main » pour organiser son trafic de drogue.

photo 1 (1)
Nero Napoletano, dessins de Giuseppe Liotti, Ed. Scuola Italiana di Comix

Sur cette planche, les traits du visage du policier, particulièrement travaillés, sont  typiquement napolitains : nez aquilin, yeux et sourcils très bruns. Ici, plus de simple trafic de drogue mais des exécutions… sans pitié !

photo 2 (2)

Ici, un policier servant le café devant la cellule d’un boss, bien au chaud dans ses pantoufles…

Don Raffaè. Illustrations de Bruno Brindisi
Don Raffaè. Illustrations de Bruno Brindisi

La mafia n’existe pas seulement dans les régions du sud de l’Italie. Récemment, carabiniers et juges ont mis au grand jour l’existence d’un immense réseau propre à Rome, qui infiltrait et corrompait l’administration locale. Plus d’une centaine de personnes, dont des nombreux entrepreneurs et des personnalités politiques (dont l’ancien maire Gianni Alemanno) ont été poursuivies. La BD n’a donc pas épargné – avec humour – ce que l’on surnomme depuis “Mafia capitale“.

“Mafia capitale ?“ “On aura réussi à dépasser le complexe du provincial dans un domaine au moins !“
“Mafia capitale ?“
“On aura réussi à dépasser le complexe du provincial dans un domaine au moins !“

Ici aussi, Mafia capitale est évoqué explicitement dans une BD en… romain. Le scénariste n’est pas tendre avec Roberto Saviano, auteur du best seller Gomorra, puis de la série TV du même nom (qui suscite des critiques chez certains napolitains lassés qu’on présente Naples, et notamment le quartier de Scampia, comme le seul fief de la criminalité organisée).

photo 4

Ici, une fausse affiche ironique sur le “Pizzo Day“ (sous-titre : le racket ouvre ses portes). Le Pizzo est en effet une forme de racket utilisée par Cosa Nostra en Sicile, la ‘Ndrangheta en Calabre ou la Camorra en Campanie. En échange d’une sorte d’impôt officieux que doivent verser les commerçants locaux, la mafia assure une «  protection ».

photo 3 (2)

Pour terminer, avant de vous spoiler l’exposition toute entière, voici un dessin que j’ai beaucoup apprécié de Giorgio Franzaroli.

“J'ai fait un café qui fait ressusciter les morts“. Giorgio Franzaroli
“J’ai fait un café qui fait ressusciter les morts“. Giorgio Franzaroli

=> Mc Mafia, mafia, carmorra e ‘ndrangheta nella storia del fumetto, jusqu’au 8 novembre, Museo di Roma in Trastevere.

Advertisements

A bord du vol papal pour l’Amérique latine

En juillet dernier, j’ai été amenée à participer au voyage du pape François en Amérique latine. Un réel défi  : premier voyage du pape dédié à son continent natal, premier voyage aussi dense (9 jours, 3 pays, 7 avions). Des journées de travail de 5h du matin à minuit, un décalage horaire de 6 à 7h, des dépêches à écrire dans un autocar ou dans le hall d’un aéroport, avec parfois des coupures d’Internet ou d’électricité. Une expérience intense, certes, mais extrêmement formatrice et inoubliable.

Arrivée à Quito, Equateur
Arrivée à Quito, Equateur
Descente d'avion du pape à Quito
Descente d’avion du pape à Quito

Voici trois moments particulièrement forts sur lesquels je propose de revenir.

  • L’atterrissage à El Alto, en Bolivie, plus haut aéroport du monde, à plus de 4000 mètres d’altitude. A bord d’un avion de la Bolivian de Aviacion prêté pour le pape et sa délégation, nous survolons, depuis l’Equateur, la cordillère des Andes, le lac Titicaca qui sépare le Pérou de la Bolivie, et puis enfin les hauts plateaux des Andes et ses glaciers. La descente commence. Soudain, un avion militaire, tout proche de notre avion, apparaît derrière le hublot. Il semble piquer vers le sol, puis réapparait. Le président bolivien a voulu sortir le grand jeu, et nous a envoyé des escortes militaires aériennes. Dans l’avion papal, malgré les turbulences, tous les journalistes se lèvent et cherchent à prendre une photo. 
Les Andes et ses glaciers
Les Andes et ses glaciers
escorte militaire aérienne
escorte militaire aérienne

Au moment de l’atterrissage, une ambiance surnaturelle nous attend. Un silence presque assourdissant, le silence des hauts plateaux de montagne. Un paysage lunaire, entouré de majestueux glaciers. Le froid vif qui rougit nos joues. Pas une seule habitation aux alentours. En revanche, comme à chaque atterrissage papal, un tapis rouge et une délégation. Avec le président bolivien, plusieurs enfants en habits traditionnels sont venus représenter les diverses ethnies du pays. L’un d’entre eux, portant une coiffe amérindienne plus grande que lui, se jette dans les bras du pape. Ce dernier s’est vu remettre, quelques instants plus tôt, une pochette autour du cou pour y glisser des feuilles de coca, qui aident à lutter contre la mal d’altitude.

IMG_4841

Garde andine
Garde andine

Nouvelle image insolite : le Président Evo Morales, ancien syndicaliste des producteurs de feuille de coca – dont on extrait aussi la cocaïne- , a le point gauche levé pendant que retentit l’hymne de son pays. A côté d’un pape parfois qualifié de “communiste“, cette posture d’Evo Morales, sur les photos, entretiendra l’ambiguïté.

Mais le président bolivien n’en est pas à son premier coup d’éclat. Plus tard, à La Paz, nous le verrons offrir au pape ce cadeau un brin provocateur d’un crucifix en forme de croix et de marteau, imaginé par le père jésuite Luis Espinal.

cjzypnfuaaackf6-l200-h200-rm

Le surlendemain, les accents marxistes de cette visite papale en Bolivie reprendront lors du long monologue d’Evo Morales, vêtu d’un blouson à l’effigie de Che Gevara, à Santa Cruz della Sierra, au deuxième congrès mondial des mouvements populaires. Un discours vite concurrencé par le réquisitoire musclé du pape François contre l’“économie qui tue“ du sytème capitaliste et son “idole-argent“.

  • Un reportage au bidonville de Banado Norte, quartier très pauvre d’Asuncion, au Paraguay. Une escapade de 2h entre deux discours du pape m’a permis de rencontrer ses habitants, tous très souriants et accueillants, en dépits des graves inondations qu’ils ont du subir depuis un an. Le lendemain, ce n’est pas tant le discours du pape que les quelque 30 000 habitants du quartier retiendront, mais sa simple présence, au  milieu d’eux, et sa simplicité. Avant de prononcer son discours, le pape est arrivé en toute discrétion, sans caméras et journalistes, visiter deux  baraques de briques et de tôle où vivent des familles. Le pape semblait particulièrement à l’aise : lorsqu’il était encore archevêque de Buenos Aires, il avait l’habitude de se rendre dans les villas miserias (bidonvilles), à la périphérie de la capitale argentine.

Untitled

Voici un extrait du reportage réalisé là-bas :

(…) Petite et ronde, les yeux pétillants, Carmen fait visiter sa maison, qu’elle a nettoyé de fond en comble. Sa petite baraque, située dans une ruelle de terre, est faite de quelques briques empilées et d’un toit de tôle. C’est là qu’elle préparera sa surprise pour le pape : une soupe paraguayenne et du Beju, tortilla locale typique. “Au Paraguay, l’hospitalité est un devoir”, expliquent des voisins. Carmen ne travaille pas et son mari, atteint d’un cancer, non plus. C’est leur fille qui fait vivre le foyer, avec quelques ménages. Le quartier entier se prépare. Des banderoles jaunes et blanches, aux couleurs du Vatican, décorent les ruelles misérables, où des flaques de boues témoignent encore de la grande inondation de juillet 2014. Une habitante raconte : “Le jour de la crue, un prêtre a béni l’eau avec l’image de la Vierge, et l’eau est partie. Un miracle !” “Les inondations, cela nous arrive tous les ans. Le gouvernement nous aide peu. Que le pape vienne nous voir, c’est un autre miracle !”

  • La conférence de presse du pape François à bord de l’avion de retour entre Asuncion et Rome. Toute ma reconnaissance aux collègues qui m’ont laissé leur place pour poser une question au pape, au nom des journalistes francophones, pour ma “première fois“ à bord du vol papal. Voici, en résumé, la question posée : lors de son fameux discours aux mouvements populaires, le pape s’est-il posé comme “leader” de ces mouvements ? Pense-t-il que l’Eglise le suivra dans cette main tendue ? Le pape François répond  : “Ce n’est pas l’Eglise qui me suit, c’est moi qui suit l’Eglise”. Puis il explique que son discours n’est pas nouveau, qu’il s’agit de l’application pure et simple de la doctrine sociale de l’Eglise (en résumé, comment appliquer l’Evangile aux réalités politiques, économiques et sociales, et l’engagement des catholiques dans la vie sociale), à laquelle ont largement contribué ses prédécesseurs.

Il n’empêche, ce discours très politique, par sa forme particulièrement virulente et sans tabou, fera date. Le pape y dénonçait des “nouvelles formes de colonialisme“ comme “l’idole argent“, et appelait les peuples à s’unir pour favoriser le “changement“, face à un “système” devenu insupportable. Un discours très mal accueilli par les milieux républicains américains, à deux mois du voyage du pape aux Etats-Unis, certains accusant même le pape d’être un “dangereux marxiste”.

itw

Ce discours aux accents très socialistes doit cependant être comparé à un autre discours du pape, moins médiatisé, prononcé plus tard devant le président du Paraguay. Dans cet autre discours, François mettait en garde contre les “idéologies” qui ont une relation “maladive” avec le peuple, qui font “tout pour le peuple, mais rien avec” lui. Le pontife est même allé jusqu’à mettre en garde contre des idéologies se transformant en “dictatures”, prenant en exemple le “stalinisme et le nazisme”. Une critique voilée du socialisme latino-américain.

Pour un autre résumé plus complet du voyage du pape François en Amérique latine, voici le lien en accès libre vers ma dépêche bilan réalisée pour l’occasion.

THE END

Balade dans les jardins du Vatican…

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de pouvoir visiter un lieu de Rome longtemps fantasmé car peu accessible au public : les Jardins du Vatican. Merci le Centro San Lorenzo pour la visite groupée avec deux charmants Gardes suisses !

Je me permets de vous en faire profiter un peu…

IMG_1767

Arrivée sur le côté droit de la basilique Saint-Pierre, début de la visite dans les “coulisses” version plein air du Vatican…

IMG_1768

La fameuse “Maison Sainte-Marthe”, résidence d’accueil des visiteurs du Saint-Siège, et où logent tous les cardinaux réunis en conclave. Une fois élu pape, José Mario Bergoglio a finalement décidé de rester y vivre plutôt que  de prendre possession des appartements pontificaux dans le somptueux Palais apostolique.

IMG_1773

La coupole de la basilique Saint-Pierre vue de derrière, dans les jardins du Vatican ! Nous y sommes…

IMG_1781

Jardins du Vatican…
IMG_1787

IMG_1793 IMG_1796

Statue de la Vierge Marie ayant fait dévier la trajectoire de la balle qui visait mortellement Jean-Paul II lors de l’attentat du 13 mai 1981 (selon les mots du pape).

IMG_1797 IMG_1798 IMG_1799

Au loin, la tour Saint-Jean : l’ancien secrétaire d’Etat du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, y a vécu. En 2008, Benoit XVI y a reçu le président américain Georges W. Bush. Depuis juin 2014, la tour est le siège du nouveau dicastère créé par le pape François, la Secrétariat pour l’économie.

De plus près :

IMG_1805 IMG_1800IMG_1790Reproduction de la grotte de Lourdes dans les jardins du Vatican. Chaque jour en fin d’après-midi, Benoît XVI, qui vit depuis sa renonciation dans le monastère Mater Ecclesiae des jardins (je n’ai pas eu l’occasion de le voir mais je saurai me rattraper !) va prier devant cette statue de la vierge.

IMG_1808

Olivier vieux de 200 ans, ayant poussé à Nazareth, offert en cadeau à Benoit XVI par le Premier ministre israélien Benjamin Nethanyahu.

IMG_1833

De retour à la basilique (de derrière)…IMG_1811

Arrivée derrière la place Saint-Pierre. Fin de la visite !IMG_1815

 

THE END

 

A la découverte de Garbatella

“Ce qui me plait le plus, c’est de voir les quartiers. Et le quartier de Rome qui me plait le plus, c’est la Garbatella“. Ainsi commence Caro Diario (Journal intime, 1993), film de Nanni Moretti, déclaration d’amour à Rome, et au quartier de Garbatella.

Mon premier we dans la ville éternelle fut justement dédié à la découverte de Garbatella, quartier qui évoquait pour moi, jusque-là, une vague station de métro sur la ligne B. Mais retrouvant un vieil ami Français installé à Rome depuis maintenant plusieurs années, celui-ci me conseille vivement d’aller m’y promener -lui-même a fini par y déménager-.

IMG_8851

Situé dans une zone un peu excentrée au Sud de Rome, Garbatella est construit dès 1900 après l’assassinat d’Umberto Ier (deuxième roi d’Italie) pour éviter que les classes populaires n’en profitent pour réclamer de meilleures conditions de vie. Les pouvoirs publics font donc construire des cités jardins pour eux, dans lesquelles chaque maison dispose d’un potager, pour subvenir à ses besoins.

IMG_8841

IMG_8812IMG_8834

Plus tard, après la chute du fascisme, le quartier deviendra (et semble l’être toujours) le repère de militants communistes…

IMG_8816

IMG_8815

 

Aujourd’hui, Garbatella est aussi le QG des supporters du club de l’AS Roma : en témoignent les nombreux graffitis et autres prouesses picturales effectuées sur les murs de l’ancienne cité ouvrière.

IMG_8846IMG_8844

Des joueurs de l'AS Roma sont représentés sur le mur
Des joueurs de l’AS Roma sont représentés sur le mur

Quant aux patios-jardins-potagers, ils font le bonheur de couples ou jeunes familles installés au calme à prix encore raisonnables, à 10 minutes en métro du centre de Rome…. et bientôt des nouveaux bobos Romains ?

IMG_8801

IMG_8820

IMG_8832

 

 THE END