Tag Archives: prêtres

Ainsi soient-ils, dernière saison ce soir sur Arte !

Ils sont de retour ! Qui ? Yann, Guillaume, José… ce soir, les fameux séminaristes de la série Ainsi soient-ils, reviennent pour une troisième et dernière saison sur Arte.

Le pitch Quatre ans plus tard, les trois jeunes hommes, désormais devenus prêtres, sont dispersés dans différentes paroisses de France. Yann revient sur sa terre natale, en Bretagne, à  Plugneaux. Il est perturbé par le désir qu’il éprouve pour une amie d’enfance et doit faire face à des aveux compromettants d’un enfant à propos du prêtre qu’il vient seconder. Dans la commune d’Ussy-Saint-Germain en Ile de France, Guillaume a du mal à trouver sa place, restant bouleversé par sa relation précédente avec Emmanuel. A Toulouse, José doit s’imposer dans un conseil paroissial dirigé par Jeanne. A Paris, Mgr Poileaux, sur le point de quitter ses fonctions à la Conférence des évêques de France, se voit confier une mission secrète par le père Fromenger, qui pourrait le mener jusqu’au Vatican…

La vie de séminaristes… un sujet pas vraiment « sexy », au premier abord. Pourtant, Ainsi soient-ils, créée par David Elkaïm, Vincent Poymiro, Rodolphe Tissot et Bruno Nahon, est un réel succès de télévision française. La saison inaugurale, en 2012, a « cassé la baraque », selon les Inrocks, et dévoilé une « épatante série » pour Le Monde.  La première saison avait alors réuni 1,4 millions de téléspectateurs, score historique pour la chaine culturelleAinsi soient-ils  avait même été récompensée du prix de la meilleure série française au festival Séries Mania 2012.

Deux ans plus tard, pour la saison 2, les mésaventures des jeunes séminaristes ont rassemblé moins de monde : 760 000 téléspectateurs. Une audience restant largement correcte pour la chaine franco-allemande. Cette année, l’enthousiasme est encore là : Le Monde parle à nouveau de « petit miracle ».  Pour le Nouvel Obs« avec trois saisons de qualité (…) Ainsi soient-ils fait partie de ces séries qui ont redonné foi en la fiction française. » Enfin, la boucle est « brillamment bouclée » pour Les Inrocks.

La prouesse de cette série tient sans doute au fait qu’elle réussi à montrer des (futurs) hommes d’Eglise tels qu’ils sont dans la réalité : avant tout des hommes, avec leurs doutes et leurs faiblesses. Des problématiques réelles de la vie ecclésiale y sont évoquées sans tabou : difficulté à respecter son voeu de chasteté, attirance homosexuelle, solitude de la prêtrise, incompréhension des proches pour leur engagement radical, etc. Leur engagement en paroisse les amènera aussi à gérer des problèmes épineux comme l’accueil de l’étranger,  le suicide,  ou encore l’avortement.

Au risque de tomber dans la caricature et l’excès, ces rebondissement ont le mérite de tenir en haleine les téléspectateurs et de toucher un large public, où anticléricaux et croyants pourront se retrouver.

 Ainsi soient-ils ne se contente pas de surfer sur les sujets sulfureux tels que l’homosexualité et la chasteté. La série apporte un véritable éclairage sur les défis auxquels  l’Eglise française actuelle est confrontée. « Crise de vocation » des prêtres, difficultés financières des paroisses,  crispations permanentes entre  progressistes et conservateurs,  lourdeurs administratives , ou encore, poids de la hiérarchie. Ainsi soient-ils est aussi une grande série sur le pouvoir, la hiérarchie de l’Eglise, avec une véritable dimension politique qui arrive à son paroxysme dans la saison 3, qui doit nous plonger au coeur du Vatican.

Manque de vraisemblance ?

Certes, la série a été l’objet de critiques pour son manque de vraisemblance… au point d’en oublier qu’il s’agit d’une fiction ! Dans La Croix, un prêtre dénonçait ainsi le manque de crédibilité de la saison 1 :  « Il peut arriver que nous rencontrions les situations évoquées dans la série. Mais sur une échelle de quinze ans ! Ici, les profils les plus singuliers sont concentrés dans une promotion de cinq séminaristes. Ce n’est pas crédible. ».  Si certains aspects de la vie ecclésiale sont sans doute exacerbés, les réalisateurs ont pourtant pris le soin de demander conseil auprès de différents prêtres, d’ailleurs remerciés au générique. Les catholiques, eux, sont partagés. Certains détestent, d’autres adorent ! (voir les articles de 20minutes et La Vie).

Pédophilie, excès du pouvoir… on ne peut regarder la série sans se demander si les réalisateurs n’en profitent pas pour exposer leurs propres opinions et critiques sur les différentes positions de l’Eglise.  « On est plutôt sur le fil, c’est vrai, reconnaissait ce matin Rodolphe Tissot, l’un des créateurs de la série, sur France Inter. Forcément, nos convictions ressurgissent. Mais on essaie de faire une série qui soit, d’une manière large, sur les tolérances (…) et qui puisse exposer les points de vue de chacun. »  

Ce soir, à 20h50 sur Arte donc … Bonne série !

Advertisements

Le pape François peut-il vraiment défier la mafia ?

Article initialement publié sur Le Monde des religions le 30 mars 2015.

D’abord, « l’excommunication ». Ce 21 juin 2014, le pape François se trouve en Calabre, au cœur de la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, l’une des plus puissantes organisations criminelles d’Europe. Le lieu, Cassano allo Jonio, est hautement symbolique : c’est dans cette commune qu’un petit garçon de 3 ans a été assassiné, quelques mois plus tôt, par vengeance. Devant plus de 100 000 personnes, François lance : « les mafieux (…) sont excommuniés ! » Une première.

Si cette sentence n’a pas de valeur « légale » (elle n’est pas prononcée au cours d’une procédure canonique), elle est néanmoins lourde de sens. Le pape s’attaque à un problème longtemps sous-estimé dans l’Église : le rapport ambigu que la mafia entretient avec la religion catholique. En « excommuniant » les mafieux, le pape encourage ainsi les prêtres, sur le terrain, à leur tenir tête en leur refusant, par exemple, la communion, le mariage ou le baptême de leurs enfants.

La ‘Ndrangheta ne tarde pas à réagir. Quelques semaines plus tard, au cours d’une procession dans un village calabrais, des fidèles inclinent la statue de la Madone, en signe de déférence, devant la maison d’un « parrain ». Le message est clair.

Rites mafieux et traditions catholiques

La confusion entre religion et criminalité ne s’arrête pas à ces démonstrations de force. Certains mafiosi disposent de chapelles privées, d’autres prient la Vierge Marie, cachés dans leur bunker. La ‘Ndrangheta calabraise s’est choisie la Madone du sanctuaire de Polsi comme sainte protectrice, tandis que la Cosa Nostra sicilienne lui préfère sainte Annunziata. Plusieurs rites mafieux sont empruntés au rite catholique : parrainage, baptême, etc. Dans la ‘Ndrangheta, un nouveau baptisé doit déposer une goutte de son sang sur une image de Jésus, saint Roch ou saint Michel.

Le prêtre Don Giacomo Panizza lutte depuis plus de quarante ans contre la mafia calabraise. En 2001, l’État lui a confié un immeuble confisqué à la ‘Ndrangheta, qu’il a transformé en résidence d’accueil pour handicapés et migrants. Menacé de mort, il a été placé sous protection policière. « Un jour, la mère d’un mafieux m’a dit que j’étais un prêtre du démon, confie-t-il. Leur religion se base sur la juste vengeance. Chez eux, le pardon n’existe pas : pardonner est faible. »

L’ambiguïté de la piété populaire

Cette religiosité permet aux mafieux non seulement de « légitimer leur actes criminels », mais aussi de « souder le clan par des rituels », explique Fabrice Rizzoli, spécialiste des mafias (1). En affichant publiquement leur dévotion, les mafieux se fondent aussi dans la culture italienne du Mezzogiorno, le sud de l’Italie, très empreinte de piété populaire.

Dans cette région, beaucoup d’Italiens « cultivent une religiosité de façade, très émotive, décrypte le père jésuite Fabrizio Valletti, implanté dans le quartier de Scampia à Naples, fief de la Camorra – à la différence de Cosa Nostra, issue d’un milieu rural, la Camorra est d’origine urbaine. Cette piété populaire considère que l’homme n’est pas autonome dans la recherche du bien, mais qu’il dépend de l’assistance d’un Dieu protecteur ». De même, « le camorriste dépend du chef, son protecteur ».

« La corruption pue »

Après « l’excommunication » de la ‘Ndrangheta, place à la « conversion » de la Camorra. Le 21 mars dernier, à Naples, François s’est rendu dans le quartier de Scampia. Ici, le mot mafia n’est pas prononcé. À la place, une déclaration franche : « La corruption n’est pas chrétienne, elle pue ! ». L’adversaire serait donc aussi les élites italiennes. Le pape n’est pas dupe : sans homme politique à corrompre, la Camorra serait démantelée.

Un peu plus tard, dans le centre historique, le pape François s’adresse directement aux mafieux et les invite à se convertir « à la justice ». Encore des paroles sans précédent, estime Fabrice Rizzoli : « Auparavant, le message de l’Église reposait sur la repentance individuelle. Contre la mafia, le clergé proposait la privatisation du salut, là où l’État prône la collaboration citoyenne. »

Le tournant Jean Paul II

Si l’Église est longtemps restée silencieuse face au phénomène mafieux, c’est notamment parce que « pendant la guerre froide, explique Fabrice Rizzoli, l’Église, la mafia et la démocratie chrétienne avaient un ennemi commun : les communistes ». Une fois le bloc de l’Est tombé, Jean Paul II brise le silence. Le 9 mai 1993, à Agrigente (Sicile), il prononce un discours choc contre Cosa Nostra. Prononçant pour la première fois le mot « mafia », qu’il qualifie de « civilisation de mort », il lance un avertissement aux criminels : « Convertissez-vous, un jour viendra le jugement de Dieu ! »

Un appel à la conversion d’autant plus fort qu’à l’époque, de nombreux parrains quittent déjà le système pour devenir pentiti, repentis, et collaborer avec la justice. Deux mois plus tard, Cosa Nostra fait exploser une bombe devant la basilique papale du Latran, à Rome.

Le pape François et le « temps de l’affrontement »

Avec le pape François, la tension monte d’un cran. « Nous sommes au temps de l’affrontement », estime Don Panizza. « “L’excommunication” a encouragé les prêtres à résister aux mafias », assure-t-il. En outre, le pape ne s’arrête pas aux discours : dès l’été 2013, il avait exigé le contrôle de milliers de comptes de la banque du Vatican, soupçonnés de blanchiment d’argent par la mafia.

Mais si sa détermination peut encourager certains à briser le silence, la mentalité générale sera plus difficile à changer. « La mafia est devenue une mentalité globale, une logique de pensée, une logique de vie », soupire Don Panizza. « La corruption fait un peu partie des coutumes de notre pays », regrette aussi le père Valleti. Un combat spirituel mais aussi culturel, donc. Il ne fait que commencer.

(1) Fabrice Rizzoli est représentant en France de l’ONG FLARE, réseau européen contre le crime organisé. Il est l’auteur du Petit dictionnaire énervé de la mafia (Éditions de l’Opportun, 2012).