Tag Archives: pape François

En priant à la mosquée bleue d’Istanbul, le pape est-il allé trop loin ?

Article initialement publié dans La Vie.

Le pape François, déchaussé, dans la Mosquée bleue d’Istanbul, yeux fermés et mains croisées, aux côtés du grand mufti. L’image peut surprendre. A tel point que certains catholiques s’en sont offusqués. Pourtant , cette « adoration silencieuse »  du pape François, selon les termes du père Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, ne fait que répéter le geste de son prédécesseur Benoît XVI, huit ans plus tôt. Faux, ont répondu les plus entêtés, qui sont allés jusqu’à compter le nombre de minutes de silence de chaque pape pour montrer que le pape émérite n’avait pas« vraiment prié ». Le pape François, désormais connu pour privilégier les gestes symboliques aux grands discours de théologie, est-il allé trop loin ?

En novembre 2006, Benoît XVI, dans la même mosquée, avait été filmé, aux côtés du grand mufti, une main posée sur l’autre, les yeux mi-clos, murmurant quelques mots. Quelques jours plus tard, au cours de l’audience générale place Saint-Pierre à Rome, il avait confié avoir voulu se « recueillir en ce lieu de prière », pour s’« adresser à l’unique Seigneur du ciel et de la terre ». Difficile de ne pas considérer cela comme une authentique prière ! « Le pape François a exactement répété ce que Benoît XVI a fait, confirme le père Maurice Borrmans, ancien professeur d’histoire des relations islamo-chrétiennes à l’Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie (PISAI) de Rome. C’est invité par le grand mufti qu’il a accompagné celui-ci en sa mosquée, avant d’aller se recueillir silencieusement, le  regard tourné vers le mirhab. »

Mais c’est Jean Paul II qui fut le premier pape à se rendre dans une mosquée. C’était en 2001, à Damas. Le pape polonais avait d’ailleurs souhaité prier avec le mufti général de Syrie, mais celui-ci s’y était opposé pour répondre aux attentes des musulmans conservateurs, hostiles à cette idée.

Le chrétien peut prier en tout lieux

Que le chef de l’Eglise catholique choisisse une mosquée comme lieu de prière n’a rien de déplacé pour le père jésuite Samir Khalil Samir, professeur d’islamologie et de pensée arabe à l’université de Beyrouth, et à l’Institut pontifical oriental de Rome. « La tradition chrétienne dit qu’il n’y a pas de lieu pour prier », rappelle-t-il. En effet, saint Paul écrit qu’il voudrait « qu’en tout lieu les hommes prient ». De même, rappelle le jésuite, saint Augustin écrit que « tout chrétien (…) sait que chaque lieu est une partie de l’univers et que l’univers même est un temple de Dieu. Il prie en tout lieu ».

Pour le père Borrmans, « tout lieu de culte où des humains expriment leur adoration en toute sincérité de conscience mérite respect et attention », de la part des chrétiens, « car leur prière n’est pas étrangère à l’intervention de l’Esprit de Dieu ».

Le dialogue islamo-chrétien, rempart contre le terrorisme

Enfin, la prière du pape François aux côtés du grand mufti d’Istanbul s’inscrit dans un contexte particulier : un voyage marqué par la volonté d’approfondir le dialogue islamo-chrétien, et ce pour mieux lutter contre le fondamentalisme et le terrorisme. Or, la position de la Turquie est ambiguë vis à vis des exactions actuelles de l’Etat islamique dans les pays frontaliers d’Irak et de Syrie : tout en accueillant des réfugiés chrétiens, musulmans ou Yazidis, elle laisse transiter par ses frontières des armes et des combattants islamistes.

Dans une tribune publiée dans L’Osservatore Romano, Omar Aboud, musulman, directeur du centre islamique de Buenos Aires, et ami du pape, a lui aussi défendu la prière du chef de l’Eglise catholique.  Le pape, en regardant vers la Mecque, voulait « regarder les musulmans directement dans les yeux, écrit-il. Nous aussi musulmans ne pouvons nous résigner au fait qu’il n’y ait plus de chrétiens en Orient, parce qu’ils font partie de notre histoire commune, et nous cohabitons ensemble depuis plus de 14 siècles ».

La veille de sa prière dans la mosquée, le pape avait déclaré devant le président islamo-conservateur Erdogan que « le dialogue interreligieux » pouvait « bannir toute forme de fondamentalisme et de terrorisme ». Dans l’avion qui le ramenait d’Istanbul, il a aussi confié aux journalistes avoir dit au président turc qu’il « serait beau que tous les leaders musulmans du monde, politiques, religieux et universitaires se prononcent clairement, et condamnent cela [le terrorisme, ndlr] ». Une  façon habile de rassembler musulmans et chrétiens dans la lutte contre la montée d’un islam radical au Moyen-Orient.

Advertisements

Religion : le Vatican et la famille, sacré débat !

Article initialement publié dans Le Parisien Magazine.

Plus de 180 cardinaux et évêques étaient réunis au Vatican, du 5 au 19 octobre, pour réfléchir aux questions familiales. A la demande du pape François, des sujets tabous pour le Vatican ont été abordés librement au début de ce synode (assemblée) : accès à la communion pour les divorcés remariés, attitudes vis-à-vis de l’homosexualité, de la contraception… Il y a urgence. Face à la perte de fidèles et au bouleversement des modèles familiaux, comment l’Eglise peut-elle apporter un message fédérateur ? Jusqu’où peut-elle aller ? Partisan du changement tout en restant garant de la doctrine, le pape a adopté la stratégie de l’ouverture mesurée et progressive. Après un pas en avant – le rapport d’étape du synode, reflet des discussions dont nous rendons compte ci-contre, prônait l’ouverture aux homosexuels et aux divorcés remariés –, un recul s’est opéré dans le rapport final. Mais François prépare surtout le terrain pour le deuxième synode sur la famille, dans un an.

13 octobre : un rapport tranchant

Après une semaine de débats, une première synthèse des travaux est publiée. L’Eglise y affiche des positions inédites : elle envisage d’autoriser la communion pour certains divorcés remariés, reconnaît des « éléments positifs » dans les unions homosexuelles et les concubinages. Mais le rapport a été rédigé par la secrétairerie générale du synode, notamment par les Italiens Lorenzo Baldisseri, proche du pape François, et Bruno Forte, connu pour ses positions réformistes.

14 octobre : la riposte des conservateurs

Plusieurs cardinaux dénoncent un rapport d’étape trop complaisant. Alors que de nombreux médias parlent d’une révolution pour l’Eglise, certains pères synodaux considèrent la publication de ce rapport comme un « manque de prudence », et en appellent « à la conscience du pape ». Ce texte « donne l’impression que l’Eglise se soumet aux lobbies et au “politiquement correct” », accusent-ils. Le bureau de presse du Saint-Siège est obligé d’intervenir pour rappeler qu’il ne s’agit que d’un document de travail.

15 octobre : un cardinal allemand s’énerve

« Indigne, honteuse et complètement erronée »… C’est avec ces mots que le cardinal allemand Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, dicastère – l’équivalent des ministères dans le gouvernement de l’Eglise – majeur du Vatican, aurait défini la synthèse des débats, selon le quotidien italien La Repubblica. Le lendemain, le Saint-Siège apporte un démenti.

16-17 octobre : les progressistes tiennent tête

Des amendements proposés au rapport d’étape remettent en question l’ouverture aux couples homosexuels et aux concubins. De son côté, le cardinal allemand progressiste Reinhard Marx déclare qu’« il est inconcevable d’affirmer : “puisque vous êtes homosexuels, vous ne pouvez pas vivre l’Evangile”. »

18 octobre : le pape critiqué

Le cardinal américain Burke dénonce l’absence de prise de « position » du pape pendant le synode. Interrogé par notre magazine, Giovanni Maria Vian, directeur de L’Osservatore Romano, journal officiel du Vatican, tempère : « Je ne crois pas que François soit le pape progressiste dont les médias font la caricature. Il est inquiet de sa mission. Si l’Eglise reste fermée sur elle-même, elle n’est plus cohérente. »

A 20 heures, le rapport final est voté : trois paragraphes, concernant les divorcés remariés et les homosexuels, n’obtiennent pas la majorité des deux tiers nécessaire. Le pape choisit cependant de les publier afin de prolonger le débat. On constate qu’ils ont été édulcorés par rapport aux premières versions. Ainsi les homosexuels, « accueillis avec respect et délicatesse », ne doivent subir aucune « discrimination injuste ». Initialement, le Vatican reconnaissait « des cas où les personnes de même sexe s’apportent un soutien réciproque jusqu’au sacrifice, ce qui constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires ». Une façon de reconnaître que de bonnes choses peuvent résulter d’une union homosexuelle. Dans son discours de clôture, le pape demande à l’Eglise d’« accueillir ceux qui demandent pardon et pas seulement les justes ou ceux qui croient être parfaits », faisant allusion aux répercussions médiatiques suscitées par les débats.

19 octobre : reprise des hostilités dans un an

Dans la messe qui conclut le synode, le pape François invite à ne pas avoir peur de la nouveauté et des « surprises de Dieu ». En ayant invité pour la première fois des couples à témoigner pour ce synode, le pape a déjà amorcé une douce révolution au sein de l’Eglise, avant de prolonger le débat lors du deuxième synode sur la famille en octobre 2015. Il aura le dernier mot, dans sa « lettre d’exhortation apostolique », qu’il publiera d’ici à… 2016. De quoi laisser le temps aux plus réticents de mûrir l’idée d’un changement.

« Le chantier reste ouvert »

Andrea Tornielli, vaticaniste pour La Stampa

« C’est très exagéré de parler d’échec pour le pape François à la fin de ce synode. Si les paragraphes sur l’homosexualité et les divorcés remariés n’ont pas obtenu la majorité des deux tiers requise lors du vote, ils ont eu une majorité significative. Le pape a d’ailleurs décidé de les publier quand même. Ces questions restent donc ouvertes.

Certains médias italiens ont évoqué un “complot” : le rapport d’étape aurait été volontairement “révolutionnaire”, puis le rapport final plus édulcoré pour “faire passer” des propositions progressistes. Mais le premier document était seulement une synthèse de travail, qui attendait des corrections. Il n’y a eu aucun complot, seulement une dynamique qui n’avait jamaisété aussi libre. L’Eglise est en chemin : on peut faire deux pas en avant et un en arrière. C’est un chantier ouvert. »