Befana vs Galette des Rois

Aujourd’hui, 6 janvier (2015), c’est la fête biblique de l’épiphanie. Et la tradition, en France, veut qu’on déguste une bonne galette des Rois – voire deux, trois, quatre, sur plusieurs jours, jusqu’à ce qu’on finisse par avoir enfin la fève, devenir roi et avoir une bonne indigestion). J’étais persuadée que cette bonne vieille galette qu’on attend tous chaque année existait aussi en Italie. Mais non.

En revenant de mes vacances de Noël, dans l’avion Paris-Rome, j’ai ainsi expliqué le concept – quand même génial – à un couple d’Italiens ébahis  : un super bon gâteau aux amandes avec un petit personnage caché dedans, qui permet à celui qui le trouve dans sa part de devenir roi et de choisir sa reine – et vice et versa. J’ai aussi rappelé  que c’est souvent le plus jeune (c’était moi dans ma famille et j’adorais ce moment quand j’étais petite) qui va se cacher sous la table pour choisir à qui revient chaque part, pour éviter toute triche. Et puis, enfin, que la fève (du moins à la base) était un personnage qu’on pouvait ajouter chaque année dans sa crèche de Noël.

Ils ont adoré l’idée, je pense que je les ai convertis ! Mais alors s’il n’y a pas de galette des Rois, il y a quoi ?

Les Rois sont morts, vive la Befana !

La Befa-quoi ? La Befana, c’est une sorcière plus ou moins sympa qui vient apporter, le 6 janvier – jour alors férié en Italie, les chanceux – du charbon s’ils n’ont pas été sages, des bonbons pour les gentils. Le tout apporté la nuit dans des chaussettes suspendues. En gros, c’est la version améliorée et italianisée du père Fouettard et du bon Saint-Nicolas.

On le devinera, en général les enfants -même les plus capricieux, dans ce pays où les enfants sont CHOU-CHOU-TES  – découvrent plutôt des bonbons que du charbon. Ceci m’a permis de m’éclairer un peu plus sur la présence d’une sorcière dans la cuisine de mon nouvel appart’. Ouf, ma coloc’ n’est pas fana de Harry Potter.

befana

Dans les commerces de Rome, on croise partout ces petites sorcières … et aussi quelques chaussettes qu’elles ont donc visiblement piqué au “Babbo Natale”, le père Noël en italien.

photo 3

… et la tradition n’a pas manqué d’inspirer aussi les publicitaires !

“Les Kinder Bueno restent ici. Et n’essayez-même pas.”

befana

Bref,  c’est bien gentil tout ça mais les bonbons, je connais.  De voir toutes ces photos de galettes des Rois chez mes amis sur Facebook ça m’a fait enrager. Du coup ni une ni deux, j’ai décidé d’en faire une moi-même (une première!). Merci mamma pour la recette !

Bon, le problème ça a été de trouver l’équivalent d’une fève… Dans l’appart j’ai fouillé et trouvé ça… mais ça le faisait pas trop :

photo 1

Alors j’ai opté pour un petit coquillage !

photo 2

Le résultat :

galette four

J’en ai fait profiter les collègues. Approuvé ! J’en file en refaire une autre… A presto !

galette miam

THE END

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s